mardi 1 novembre 2016

Est-ce que tu te considères "écolo"?

Nous avons eu cette conversation dimanche dernier à table, mine de rien, avec plusieurs couples de copains.
Une de mes amies parlait du fait qu'elle avait acheté le livre "Zéro déchet" car elle est en pleine réflexion autour de cette démarche. Pendant que je l'écoutais, très intéressée, je me questionnais sur moi-même... où en suis-je?

Source
Sur le moment, la première idée qui m'est venue est que non, on ne peut pas dire que je sois "écolo". 

Nous vivons en ville, nous mangeons parfois de la nourriture industrielle et ne sommes pas végétariens, nous ne nous habillons pas avec des vêtements bio ou équitables, nous achetons peu de produits de soin bio... 

Mais quand même... J'avais face à moi cette amie qui me détaillait les différentes démarches qu'elle avait entreprises et je me reconnaissais dans certains domaines. Et en même temps: c'est quoi être "écolo"?

Il est vrai que nous avons des poules, nos 2 "cocottes in the city", qui mangent les épluchures et autres fins d'assiettes. Nous avons aussi un composteur non loin du poulailler. 
J'achète souvent les vêtements en vide-grenier et nous donnons ou recyclons ceux que nous ne mettons plus. Nous faisons le marché où nous utilisons nos propres sacs depuis quelques mois.
Nous n'avons qu'une voiture, notre 2ème véhicule est un biporteur à assistance électrique, et faisons moins de 18 000km par an. Nous prenons le vélo dès que possible, habiter en ville permet de s'en servir très souvent.

Il m'est soudainement apparu qu'effectivement, dans notre vie de tous les jours, il était possible de trouver de nombreux exemples allant dans le bon sens (enfin, un sens que nous aimons en tout cas): favoriser les activités simples pour les enfants, balades, vélo, jeux dans les parcs, acheter certains cadeaux d'occasion, réfléchir avant d'acheter, covoiturer, chauffer la maison à 19°C, notre récupérateur d'eau de pluie, les nichoirs et autres hôtels à insectes placés dans le jardin, les conserves du potager de mes beaux-parents...

Je ne sais certes pas exactement où me situer, je ne suis sûrement pas un modèle d'abnégation en matière d'écologie, de sobriété heureuse, de simplicité volontaire, de slow life, de zéro déchet, ou de je ne sais quoi. 
Je suis certaine cependant d'être... concernée. Ce sujet m'intéresse, me préoccupe et s'installe dans mon quotidien comme une évidence. Tranquillement, à pas de velours, sans diktats. 
J'aime assez l'idée d'une prise de conscience en douceur, je suis heureuse d'en apprendre plus, à mon rythme, et de changer mes petits gestes au quotidien, presque sans m'en rendre compte. 

2 commentaires: